sam.

23

juil.

2016

LGBT

L'acronyme LGBT va vivre sa belle mort.

     Dans très peu de temps, une question de quelques années à peine, ces quatre lettres deviendront un repère historique. En raison de l'évolution des moeurs, des progrès de la médecine et de la biorobotique, des l'imaginaire des écrivains, en raison aussi de l'allongement de la vie, donc de l'âge du capitaine, d'autres lettres leur seront adjointes.     

     Déjà il arrive qu'on lise : LGBTI et LGBTQ et LGBTQIA et LGBTQ2 et LGBTIQ. Mais il faudra compter avec le H de hermaphrodite, le P de parthénogéniteur et de priape, le S de scissipare, le A de aponicte, le E de eunuque, le N de néoténie*.

LGBT ne suffira plus. Nous connaîtrons 4PLGBTHSANE ou peut-être LGB2TI2Q2SECGT.

 

* Il manque le substantif désignant les êtres adeptes de ce type de reproduction.